L'Institut offre plusieurs cours de 15 heures et 30 heures, en plus du format courant de 45 heures.

Tous les cours de premier cycle sont ouverts aux auditeurs et auditrices libres, i.e. qui ne souhaitent pas suivre un programme universitaire.

Il suffit de s'inscrire au moins deux semaines avant le début du cours et d'acquitter les frais d'inscription et de scolarité.

Pour plus de détails, voir :
• auditeurs et étudiants libres;
• modalités d'inscription.

Brigitte Achard,
bureau des études,
publicité et promotion
(514) 739-3223 poste 323
brigitte.achard@ipastorale.ca

Anne-Marie Truong,
responsable de la comptabilité
(514) 739-3223 poste 322
comptabilite@ipastorale.ca

Laurence Lussier,
secrétaire- réceptionniste
reception@ipastorale.ca

Institut de pastorale
2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

courriel: secretariat@ipastorale.ca

courriel :

secretariat@ipastorale.ca

tél.: (514) 739-3223 #323 télécopieur: (514) 739-1664

webmestre :

Francine Robert

accès à l'Institut de pastorale
2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

comité à la vie étudiante

page d'informations
envoyer un courriel


Qu'est-ce que
l'Institut de pastorale ?


L'Institut de pastorale est le centre universitaire montréalais du Collège universitaire dominicain, fondé en 1900, dont le siège social est à Ottawa.

Depuis près de 800 ans, la tradition spirituelle et intellectuelle des Dominicains se caractérise par la recherche de la vérité, l'exigence, la rigueur et la liberté dans la réflexion, une sensibilité aux contextes culturels et sociaux, le service explicite de l'Évangile et de l'intelligence de la foi.

Depuis 1960, l'Institut de pastorale incarne cette tradition à Montréal, dans les domaines de la vie chrétienne et ecclésiale. Professeurs et étudiants y forment une communauté d'apprentissage et de recherche, dans l'esprit des collèges qui étaient l'unité de base des universités dès leur fondation au Moyen Âge. C'est l'université à taille humaine !

L'Institut vise prioritairement le service pastoral des communautés chrétiennes, l'éducation de la foi et la proposition de l'Évangile dans le monde actuel.

L'Institut de pastorale partage le statut universitaire du Collège dominicain. Les programmes et les diplômes de l'Institut sont reconnus par le Ministère de l'Éducation du Québec.

Plus d'information sur l'énoncé de mission et le statut universitaire de l'Institut.



Voir aussi ...
Voir aussi ...

Recommencer :
d'une conversion à l'autre

Revue "la vie spirituelle"

Ce numéro de la revue « la vie spirituelle » porte sur le thème de la seconde conversion.

Il a été préparé par l'équipe de l'Institut de pastorale et les articles sont disponibles dans notre bibliothèque virtuelle : Janvier 2004

Institut de pastorale des Dominicains : origines et continuités

Daniel Cadrin, o.p.,
Conférence d'ouverture des fêtes du 50eanniversaire de l'IP
28 août 2010

Cinquante ans : c'est l'âge de l'Institut de pastorale des Dominicains, ou comme on l'appelait dans les documents de 1960, « l'Institut dominicain de pastorale ». Pour introduire cette célébration du cinquantenaire, je vais parler de quatre éléments de ses origines, puis de dix continuités, dix traits   présents dès ses débuts et encore aujourd'hui.

1. Éléments des origines

1. L'École de prédication et de pastorale

L'IP ouvre ses portes à Montréal en septembre 1960, mais ce ne fut pas une apparition soudaine. Il prend la relève de « l'École de prédication et de pastorale », qui était à Québec, comme se plaisait à souligner le fondateur de l'IP, Gilles Bélanger, o.p., originaire de St-Alexandre de Kamouraska. Cette École a d'abord offert des sessions de formation en prédication pour les Dominicains, après leurs études institutionnelles. À partir de 1956, elle accueille des prêtres, religieux et laïcs, intéressés à une formation attentive au contexte social et aux défis ecclésiaux. Cette École a des liens avec le Centre de culture populaire de l'Université Laval, le mouvement en éducation des adultes, les Journées d'Études sociales. Les années 50 dans l'Église du Québec ne sont pas remplies seulement d'une « grande noirceur » mais aussi d'initiatives éclairées et éclairantes. À partir de 1958, elle offre une année structurée de formation théorique et pratique en prédication et pastorale, suite au 2e élément.

2. Sedes Sapientiae

En 1956, Pie XII publie la Constitution apostolique Sedes Sapientiae. Celle-ci demandait que les religieux prêtres reçoivent une formation pastorale pour l'exercice de leur ministère apostolique, qui prenne la forme d'une année de formation pratique et théorique, après leurs études en philosophie et théologie, et qui inclut des domaines comme la psychologie, la pédagogie, la catéchèse, les sciences sociales, la théologie pastorale. Et elle demandait que soit mis sur pied des écoles d'études pastorales. Cela correspondait à ce qui se faisait déjà chez les Dominicains du Canada, avec l'École de prédication, et lui donnait élan et soutien. Dans un mémoire pour les autorités dominicaines en 1957, les fr. Raymond Hébert et Thomas Landry proposaient que l'École devienne un Institut supérieur de pastorale, avec un curriculum universitaire et qu'il s'établisse à Montréal. Ce qui arriva. En 1967, l'IP s'intégrait au Collège dominicain d'Ottawa, qui venait d'obtenir une Charte universitaire lui permettant de conférer des grades civils.

3. Tradition et modernité

Un 3e élément des origines, que Gilles Routhier connaît mieux que moi, c'est que la fondation de cet Institut s'inscrivait dans un projet plus vaste, ce qui a contribué à son développement. Les Dominicains étaient alors engagés de prés dans le mouvement de réforme sociale et ecclésiale de cette époque, qu'on qualifiera avec le temps de « Révolution tranquille ». Deux signes : dans les années 50, le rôle de la Maison Montmorency (à côté des chutes), animée par Georges-Henri Lévesque, o.p., où des sessions de formation de l'École de prédication se tenaient. Et la construction de St-Albert-le-Grand, de 1958 à 1960, un édifice qui dès ses débuts se voulait une alliance de la tradition et de la modernité, tant dans son architecture que dans ses composantes : un couvent o.p., un Studium de philosophie des o.p., un Institut dominicain de pastorale, l'Institut d'Études médiévales de l'UdM, une communauté chrétienne, des revues, etc., plusieurs espaces et centres à la fois autonomes et en interaction. (cf. Jean-Claude Marsan, étude patrimoniale, 2003).

4. Une vision ouverte

Dans ses premières années, la clientèle était composée de prêtres et de religieux de plusieurs communautés. Mais déjà le prospectus de l'Institut disait que l'année de pastorale s'adressait aussi à tous les prêtres déjà engagés en ministère, aux religieux et religieuses et aux laïcs qui cherchent soit une initiation aux formes rajeunies de l'action pastorale, soit un approfondissement des sources de leur service pastoral. Le programme de 1960-61 se présentait explicitement comme une mise en œuvre de Sedes Sapientiae. On y trouve des cours généraux : entre autres, théologie pastorale, pastorale liturgique, sociologie et psychologie pastorales; trois séries de cours particuliers : la prédication (ses formes et exigences techniques); le ministère paroissial (sacrements, direction spirituelle, pastorale de l'enfance, de l'adolescence,…); l'éducation (aspect théologique et psychologique). Dans ce cursus, la liturgie et la catéchèse étaient privilégiées. Quant aux professeurs de la 1ère année, parmi les professeurs réguliers : Gilles Bélanger, o.p., André Gignac, o.p., Claude Poirier, o.p., M. Fernand Dumont ; parmi les professeurs invités : Noël Mailloux, o.p., P.-A.Liégé, o.p., Mgr P.-E. Charbonneau, M. Claude Ryan,…

Ainsi, à ses origines, le projet de l'IP était marqué par les éléments suivants : une continuité avec une dynamique existante, un nouveau service ecclésial de formation pastorale, une interaction avec d'autres organismes et courants, une volonté d'ouverture tant pour la clientèle, le contenu et les collaborations.  

2. Continuités de certains traits

Dans ses premières années, certains traits de l'Institut sont bien marqués. Il vaut la peine de nous les rappeler. Et en fouillant dans les dossiers des origines, j'ai été frappé de constater la remarquable continuité dans les options depuis les origines.

  • Une attention aux besoins : le programme est préparé avec consultation des évêques et des supérieurs religieux. Cela ne se fait pas seulement à l'interne.

  • Une approche s'inscrivant dans le courant nouveau de l'éducation des adultes, avec une attention à l'expérience acquise, à l'accompagnement personnel et au travail en équipe.

  • L'intégration de l'apport critique des sciences humaines à la pastorale.

  • Un milieu offrant un encadrement et une ambiance conviviale, où la vie fraternelle, les études et la prière se combinent. E xpérience de formation à la fois intellectuelle, communautaire et spirituelle.

  • Des stages supervisés en paroisses en milieu populaire, en lien avec les Fils de la Charité et des prêtres du diocèse de Montréal (dont  un certain Jean-Claude Turcotte ).

  • Un rayonnement par les publications : la revue Communauté chrétienne, qui relance les questions et enjeux travaillés à l'équipe, les Cahiers de pastorale, et plus tard la revue Liturgie et vie chrétienne, importante pour le renouveau liturgique au Canada; et des publications dans plusieurs autres revues. 

  • L'implication de certains professeurs à la communauté chrétienne Saint-Albert, lieu de mise en oeuvre d'options pastorales de l'Institut.

  • L'importance de la vie d'équipe de l'Institut, de l'interaction entre les membres, du partage collégial des responsabilités.

  • L'appel à plusieurs professeurs invités, religieux, prêtres et laïcs, d'ici et d'Europe.

  • Et marquant tout cela, l'identité dominicaine de cet Institut dominicain de pastorale.

Tout cela continue, sous des formes identiques ou renouvelées. Certes, des changements sont advenus :

  • le contexte aujourd'hui est différent, nous sommes en pleine évangélisation;
  • la clientèle est plus diversifiée;
  • nos approches éducatives se sont ajustées et affinées;
  • nos programmes sont plus variés;
  • l'équipe est formée de laïques et religieux, de femmes et d'hommes;
  • les collaborations avec des organismes et diocèses sont plus développées.

Mais cet Institut a une identité qui demeure, un visage bien à lui. Et s'il demeure vivant, c'est justement à cause de cette fidélité créatrice aux origines qui, en lien à l'édifice même, dont nous fêtons aussi le 50e, voulait allier tradition et modernité.

Nous avons choisi comme thème de ce 50e : D'hier à demain... risquer l'espérance.
Hier, demain, et aujourd'hui, risquer l'espérance, cela demeure essentiel et mobilisant.

Je termine en citant le discours de Gilles Bélanger lors de l'ouverture des cours à l'Institut, le 19 septembre 1960 : « Le succès d'une telle entreprise reposera, comme dans le passé {cf. hier et demain}, sur le travail d'équipe et une confiance absolue dans l'assistance de l'Esprit. Viens Esprit Saint et renouvelle la face de la terre (cité en latin : Veni Sancte Spiritus  .. et renovabis faciem terrae). »

Sources

Documents des origines :
  • Gilles-M. Bélanger, o.p., « Ouverture des cours à l'Institut dominicain de pastorale », 19 septembre 1960.
  • Raymond-M. Hébert & Thomas-M. Landry , « Mémoire sur l'établissement de l'École de pastorale et de prédication de la Province Saint-Dominique de l'Ordre des Frères-Prêcheurs », 1er mai 1958.
  • « Programme de l'année de pastorale : 1960-1961 », Institut dominicain de pastorale.
  • « Rapport annuel de l'activité scolaire de Institut dominicain de pastorale : Année 1960-1961 ».
Études  :
  • Gilles-M. Bélanger, o.p., « Au service du clergé. D'une École d'éloquence à un Institut de pastorale », Revue Communauté chrétienne no 70, juillet-août 1973, p.306-313.
  • Daniel Cadrin, o.p., « Histoire de l'Institut », /environnement/histoire_1.htm.
  • Jean-Claude Marsan et Caroline Tanguay, « Le couvent dominicain Saint-Albert-le-Grand à Montréal : étude patrimoniale », 2003.

bibliothèque virtuelle :    2002-2005  |  2006-2009  |   2011-2016