L'Institut offre plusieurs cours de 15 heures et 30 heures, en plus du format courant de 45 heures.

Tous les cours de premier cycle sont ouverts aux auditeurs et auditrices libres, i.e. qui ne souhaitent pas suivre un programme universitaire.

Il suffit de s'inscrire au moins deux semaines avant le début du cours et d'acquitter les frais d'inscription et de scolarité.

Pour plus de détails, voir :
• auditeurs et étudiants libres;
• modalités d'inscription.

Brigitte Achard,
bureau des études,
publicité et promotion
(514) 739-3223 poste 323
brigitte.achard@ipastorale.ca

Anne-Marie Truong,
responsable de la comptabilité
(514) 739-3223 poste 322
comptabilite@ipastorale.ca

Laurence Lussier,
secrétaire- réceptionniste
reception@ipastorale.ca

Institut de pastorale
2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

courriel: secretariat@ipastorale.ca

courriel :

secretariat@ipastorale.ca

tél.: (514) 739-3223 #323 télécopieur: (514) 739-1664

webmestre :

Francine Robert

accès à l'Institut de pastorale
2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

comité à la vie étudiante

page d'informations
envoyer un courriel


Qu'est-ce que
l'Institut de pastorale ?


L'Institut de pastorale est le centre universitaire montréalais du Collège universitaire dominicain, fondé en 1900, dont le siège social est à Ottawa.

Depuis près de 800 ans, la tradition spirituelle et intellectuelle des Dominicains se caractérise par la recherche de la vérité, l'exigence, la rigueur et la liberté dans la réflexion, une sensibilité aux contextes culturels et sociaux, le service explicite de l'Évangile et de l'intelligence de la foi.

Depuis 1960, l'Institut de pastorale incarne cette tradition à Montréal, dans les domaines de la vie chrétienne et ecclésiale. Professeurs et étudiants y forment une communauté d'apprentissage et de recherche, dans l'esprit des collèges qui étaient l'unité de base des universités dès leur fondation au Moyen Âge. C'est l'université à taille humaine !

L'Institut vise prioritairement le service pastoral des communautés chrétiennes, l'éducation de la foi et la proposition de l'Évangile dans le monde actuel.

L'Institut de pastorale partage le statut universitaire du Collège dominicain. Les programmes et les diplômes de l'Institut sont reconnus par le Ministère de l'Éducation du Québec.

Plus d'information sur l'énoncé de mission et le statut universitaire de l'Institut.

 

L'histoire de l'Institut de pastorale

1960 - 1978  |  1978 - 1987  |  1987 - 1993  |  1993 - 2000

par Daniel Cadrin, o.p.

2. De 1978 à 1987

Globalement, les orientations pastorales et ecclésiales demeurent les mêmes: comprendre et éclairer de façon critique et créatrice le vécu de l'Église d'ici, développer des compétences pastorales adaptées, et offrir un lieu d'intégration de l'expérience intellectuelle et de l'aventure croyante. Au cours de cette période, le changement de la clientèle stimulera ces préoccupations.

La clientèle étudiante

Le nombre d'étudiants à temps plein diminue, passant de la cinquantaine à la vingtaine; les étudiants à temps partiel deviennent plus nombreux. La composition d'ensemble change aussi: on y trouve à part plus égale laïcs (dont plusieurs agents pastoraux), prêtres, religieuses, ex-missionnaires. Parmi eux, de 1984 à 1990, un ou deux prêtres suisses à chaque année. 

Le programme

L'offre de cours se diversifie. Parmi les professeurs invités de l'extérieur, on note Marcel Légaut. Venu trois semaines en 1979, il rencontre un grand succès et offre plusieurs sessions et conférences à l'extérieur; il revient en 1980 et 1981. Jean-Pierre Jossua, o.p., viendra en 1982, 1983, 1984. 

L'environnement éducatif de l'Institut de pastorale reste original. La tradition des deux semaines inaugurales de septembre se poursuit. Les équipes d'intégration jouent un rôle important pour les étudiants, dont la situation de travail reste difficile. Leurs besoins stimulent la réflexion sur les conditions pédagogiques de la formation.  Entre temps l'enseignement universitaire en andragogie se développe; intéressés à la spécificité des modes d'apprentissage des adultes, des membres de l'équipe s'y forment ou s'en inspirent. On poursuit l'effort pour dépasser le modèle universitaire classique de la transmission de savoirs, en raffinant les modalités de travaux, pour assurer chez les étudiants une véritable intégration des apprentissages et le développement de réflexes intellectuels durables. Dans ce but, l'étudiant produit une synthèse personnelle provisoire pour chaque cours et deux travaux approfondis par année.

L'équipe

Plusieurs dominicains se joignent à l'Institut de pastorale quelques années : Gaston Raymond, Jean-Claude Breton, Emmanuel Lapierre, Guy Côté, André Gilbert et Louis Roy. Des laïques entrent bientôt dans l'équipe: Viateur Yelle, décédé en 1985, Paul-André Giguère et Lise-Mance Boulard. Le secrétariat aussi connaît des départs et de nouveaux visages. 

Projets et collaborations

Un programme de formation sur deux ans est offert aux aumôniers de prison, pour répondre aux besoins de formation reconnus par une étude du gouvernement. De 1981 à 1984, des cours sont donnés dans le diocèse de Mont-Laurier. En 1984, une entente est conclue entre le diocèse de Saint-Jérôme, la Faculté de théologie de l'Université de Montréal et l'Institut de pastorale pour un programme de formation des agents pastoraux. Ce projet continue jusqu'en 1989. L'Institut développe aussi des liens avec les diocèses de Saint-Jean-Longueuil (Clément Farly, Georges Milot, Gilles Raymond), de Joliette et de Valleyfield. 

À l'automne 1979 (27 octobre et 3 novembre), à l'occasion du premier référendum sur la souveraineté du Québec, l'Institut organise un colloque sur l'identité québécoise. Un Cahier sera publié en 1980 : Le Québec en devenir: à la recherche d'une perspective chrétienne.

Point particulier

La Fondation du Collège dominicain est mise sur pied en 1982. L'Institut de pastorale rejoint finalement la ronde déficitaire des universités et commence à recevoir des subventions de la province dominicaine.

suite de l'article