L'Institut offre plusieurs cours de 15 heures et 30 heures, en plus du format courant de 45 heures.

Tous les cours de premier cycle sont ouverts aux auditeurs et auditrices libres, i.e. qui ne souhaitent pas suivre un programme universitaire.

Il suffit de s'inscrire au moins deux semaines avant le début du cours et d'acquitter les frais d'inscription et de scolarité.

Pour plus de détails, voir :
• auditeurs et étudiants libres;
• modalités d'inscription.

Brigitte Achard,
bureau des études,
publicité et promotion
514) 739-3223 poste 323
brigitte.achard@ipastorale.ca

Anne-Marie Truong,
responsable de la comptabilité
(514) 739-3223 poste 322
comptabilite@ipastorale.ca

Laurence Lussier,
secrétaire-réceptionniste
reception@ipastorale.ca

Institut de pastorale
2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

courriel: secretariat@ipastorale.ca

courriel :

secretariat@ipastorale.ca

tél.: (514) 739-3223 #323 télécopieur: (514) 739-1664

webmestre :

Francine Robert

accès à l'Institut de pastorale
2715, chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec), Canada, H3T 1B6

comité à la vie étudiante

page d'informations
envoyer un courriel


Qu'est-ce que
l'Institut de pastorale ?

Religions et laïcité. Pour un nécessaire dialogue.

Fides, 2014, 192 pages.

Sous la direction de Bruno Demers et Mathieu Lavigne

En septembre 2013, le gouvernement, alors formé par le Parti Québécois, rendait public un projet de « Charte des valeurs québécoises » qui poursuivait trois objectifs : définir les règles pour les accommodements religieux, affirmer les valeurs québécoises et établir la neutralité religieuse de l’État.

Des débats tantôt sereins, tantôt houleux s’ensuivirent, particulièrement autour de la proposition gouvernementale d’interdire le port de signes religieux dits « ostentatoires » par les employés de la fonction publique.

Un des grands constats qui s’est dégagé de ces débats, c’est que la laïcité n’a pas qu’une seule acception. Est-ce une valeur ? Un aménagement politique et juridique ? La laïcité est-elle synonyme de neutralité ? d’athéisme ? Implique-t-elle une relégation des religions dans la sphère privée ? Est-ce plutôt une voie permettant d’articuler la participation des religions dans la société civile ? La laïcité fait-elle de la liberté religieuse un absolu ?

Devant ces questions complexes et la multitude d’opinions diffusées, alors que le nouveau gouvernement du Parti libéral se prépare à déposer son propre projet de loi en matière de laïcité, se fait sentir le besoin de bien cerner les notions et les enjeux au coeur de ce débat qui, au sein de nos sociétés pluralistes, est bien loin de s’estomper.

Le livre que voici entend répondre à deux préoccupations : comprendre les défis que pose le processus de laïcisation d’une société et présenter des points de vue méconnus sur la question, issus des traditions religieuses monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Cet ouvrage, en partie tiré des communications présentées dans le cadre du colloque organisé par le CCCM les 20 et 21 septembre 2013 sur le thème Christianisme et laïcité : pour faire avancer le débat, réunit des contributions de Pierre Bosset, Bruno Demers, Mireille Estivalèzes, Victor C. Goldbloom, Lisa J. Grushcow, Sharon Gubbay Helfer, Asmaa Ibnouzahir, Hassan Jamali, Solange Lefebvre, Michel Morin et Jean-Pierre Proulx, responsable du comité de programmation du CCCM.